Pourquoi oubliez-vous aussi vite ce que vous apprenez à l’école ?

oubli

Vous rêvez de ne jamais oublier les choses importantes et de ne pas saturer votre mémoire avec des chansons que vous auriez préféré oublier ? Alors je vous recommande vraiment de lire cet article, car vous allez y apprendre pourquoi votre mémoire est capricieuse, et 4 points qui vous permettront de remédier à ça.

Qui n’a jamais dit « ce chapitre je vais l’oublier dès que le contrôle sera passé » ou encore « C’est absolument impossible que je retienne tout ce qui s’est dit pendant cette réunion » ? 

Mais pourquoi personne ne dit jamais « cette chanson je vais l’oublier juste après l’avoir chantée » ou « cette blague je ne m’en rappellerai pas si je dois la raconter à nouveau » ? 

A première vue, on pourrait être tenté de se dire que c’est la quantité d’information à retenir qui change. Mais si on y réfléchit bien, on s’aperçoit que notre cerveau emmagasine des milliers de données chaque jour, dont la plupart ne seront pas utiles.

Combien de chansons connaissez-vous ? Combien de blagues ? Combien d’anecdotes drôles ou surprenantes avez-vous en tête à l’heure où vous lisez ces lignes ?

Face à ce genre de paradoxe, certains blagueront alors en disant qu’ils ont la mémoire sélective. Et bien en fait, ce n’est pas du tout une blague ! Évidemment que nous avons tous la mémoire sélective, et pas qu’un peu.

Imaginez-vous si toutes les informations que vous recevez étaient classées à degré égal d’importance dans votre mémoire. Vous vous souviendriez alors autant de la couleur des chaussettes de votre voisin de bureau que du contenu de la réunion/du cours. Et je dirais même plus, il est carrément contre productif d’avoir un processus de classement en mémoire trop efficace (voir notre article à ce sujet : Pourquoi oublier est primordial ?)

Il faut donc rendre ce que vous voulez retenir le plus appétissant possible pour votre mémoire. Et pour ça, il faut la comprendre, découvrir ce qu’elle aime, transformer le plat d’épinard peu ragoutant qu’est ce cours de compta en un bonbon bien sucré qu’elle voudra garder jalousement.

Voyons sans plus attendre comment faire cela en 4 étapes !

 

Les émotions

family moment

Premièrement, il est plus attrayant pour le cerveau de retenir quelque chose qui est lié à des émotions. Une chanson provoque de la joie, de la mélancolie, de la tristesse, etc.

Une blague provoque généralement le rire, la bonne humeur, (ou un sentiment de malaise si elle n’est pas drôle, mais c’est quand même une émotion 😀 ).

De même, on retient mieux les histoires parce qu’elles sont généralement écrites ou racontées de manière à susciter des émotions. 

 

L’appropriation

imagination

Mais même si une histoire ne nous suscite pas spécialement d’émotions, on s’en souvient mieux grâce à l’appropriation.

L’appropriation, c’est le fait de poser ses propres projections mentales sur un concept, et on le retient beaucoup mieux en faisant ça car notre cerveau a créé quelque chose qui nous ressemble. Il a puisé dans ses images mentales en stock pour construire sa propre visualisation de l’histoire que nous entendons (ou lisons, ou regardons, peu importe).

Il y a quelques années, j’animais des stages de révision, et je proposais à mes élèves de faire un test : je disais à une classe la phrase suivante : « Jack est blond », et je racontais toute une histoire à propos de Jack à l’autre classe, qui était approximativement celle-ci : « Jack était assis sur le bord du muret, il sentait la brise marine caresser sa longue chevelure blonde. Il tenait dans sa main un café qui allait probablement être froid lorsque sa compagne arriverait, mais il s’en fichait, il ne souhaitait qu’une chose : pouvoir l’étreindre à nouveau après cette si longue absence ! ».

Ensuite, à la fin du stage (qui durait une semaine), je demandais aux deux classes de me dire la couleur de cheveux de Jack. Et devinez quoi, la classe qui avait écouté l’histoire s’en souvenait bien plus souvent.

En effet, les élèves ayant écouté l’histoire se l’étaient appropriée, ils avaient probablement construit dans leur imaginaire tout le visuel de l’histoire : le visage de Jack, le paysage autour, la fumée au-dessus du café, etc. Se faisant, ils avaient rendu l’information appétissante pour leur mémoire.

De plus, l’histoire est volontairement empreinte d’émotions : on devine l’impatience de Jack de retrouver la personne dont on imagine qu’il est amoureux, etc.

A l’inverse, la simple phrase « Jack est blond », noyée dans le flot incessant de données qui parviennent à notre cerveau chaque minute, ne retient pas suffisamment son attention pour qu’il daigne l’enregistrer.

 

 

Notre état émotionnel

Autre point à prendre en considération : l’état dans lequel on se trouve lorsque l’on reçoit une information influe grandement sur notre taux de rétention de celle-ci (le pourcentage de cette information dont on se rappellera après un temps donné).

Quand on entend une chanson, une anecdote, ou une blague, ou qu’on voit une vidéo drôle, ou encore un bon film, on est en général dans un état positif.

Tandis que pour les cours, les réunions, les formations, comme on est souvent forcés d’y aller, on n’est pas toujours dans le bon état d’esprit pour emmagasiner durablement du savoir.

 

 

La répétition

repetition

Enfin, dernier effet que nous aborderons : la répétition. Lorsqu’on entend une chanson c’est plutôt rare de la retenir en une seule fois. C’est le fait qu’on l’entende plusieurs fois qui va l’ancrer à long terme. De même pour une blague, un poème, ou quoi que ce soit.

D’ailleurs, le fait d’oublier les choses qui ne nous sont pas répétées a été étudié. Le taux de rétention (déjà abordé plus haut) diminue de plus en plus vite avec le temps.

Pour qu’une information rentre dans notre mémoire à long terme, il faut donc qu’elle nous soit répétée lorsque son taux de rétention commence à baisser trop vite. Et pour ça, il existe une technique redoutable (voir notre article : Utiliser la courbe de l’oubli pour ne rien oublier).

En résumé, voici 4 actions concrètes à faire pour rendre vos cours appétissants pour votre mémoire : 

  • Liez les informations que vous souhaitez retenir à des émotions, en les transformant en une histoire par exemple.
  • Appropriez-vous ce qui vous paraît important. Pour le faire, construire une histoire marche bien aussi. Sinon, vous pouvez changer la nature de l’information : créez un visuel pour une information auditive, un audio pour une information visuelle, etc. Une bonne manière de faire cela est la mind-map, mais vous pouvez également dessiner, peindre, vous enregistrer, tous les moyens sont bons !
  • Essayez d’être de bonne humeur quand vous apprenez. Oui, je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais le fait de profiter pleinement des pauses, de sociabiliser avant et entre les cours, ou encore d’apprécier son repas de midi sont autant de manières d’apprendre dans de bonnes conditions. Un bon prof sait cela et saura mettre les élèves dans un bon état d’esprit.
  • Utilisez la répétition espacées (fait de se faire rappeler quelque chose au moment où on allait l’oublier). Encore une fois, nous avons écrit un article à ce sujet ici.

Bien entendu, Les Progresseurs sont formés à ces techniques, et à beaucoup d’autres ! Ils vous aideront à apprendre plus vite et plus durablement. De plus, grâce à notre processus de recrutement, nous nous assurons qu’ils sont sympas et dynamiques, pour que les cours se passent dans la bonne humeur et que votre cerveau ait envie d’apprendre. 

Vous souhaitez tester nos services ? Cliquez ici.

Derniers articles

gaetan les progresseurs

Gaëtan Billaut

Gérant de la société Les Progresseurs

Cela fait plus de 9 ans que j’accompagne des élèves à progresser grâce aux sciences cognitives.

Contact
formulaire
testez

Mon cours d'essai

satisfait ou remboursé, je teste un cours particulier
Favoris